08 janvier 2008

J'en tremble d'avance

Comment dépouiller la raie électrique

Chose promise, chose....promise. mesquer_2004_a__56_

Puisque c'est en effet crac bobo Ô dos, j'en profite pour vous expliquer comment dépouiller une raie électrique (à défaut de dépouiller autre chose, il vaut mieux se tenir au courant) - excusez l'humour, c'est effet des amphés..

Plus sérieusement, qu'est-ce une raie électrique ?

C'est un poisson plat dont le nom le plus commun chez les pêcheurs de filets est:

"M.... encore une et Dominique n'est pas là. Mais qu'est ce que j'ai fais au bon dieu pour que ce soit encore moi qui en ais chpé une!!!"

Le nom étant un peu long à prononcer, nous l'appelerons donc le "TREMBLE" ou la "TORPILLE".

mesquer_2004_a__57_

A quoi sert ce poisson sinon à nous provoquer diverses réactions sur le bateau ? :

La première est l'attente: Dans le reflet de l'eau nous sentons notre petit coeur de marin fragile battre en voyant une masse sombre apparaître dans le filet. Oui, nous en sommes convaincu, nous avons un poisson de belle taille.

La deuxième se passe de commentaire: Quand nous identifions ce "poisson de belle taille" nous nous exclamons - "c'est un  M.... encore une et Dominique n'est pas là. Mais qu'est ce que j'ai fais au bon dieu pour que ce soit encore moi qui en ais chpé une!!!"

La troisième consiste à éviter, autant que faire se peut, de se prendre un coup de jus. Il faut donc diriger, subrepticement le filet vers votre camarade de jeu (je vous rappelle que vous ne sortez jamais seul) en lui disant: "regarde au loin, il y a des mouettes qui chassent". Je dois avouer que si le coup peut marcher la première fois, il est plus difficile à faire avaler la deuxième fois.

La quatrième est: comment allons nous nous en débarasser arrivé sur la plage ?

mesquer_2004_a__59_

Car tout le monde n'a pas la chance de connaître dominique. Filayeur devant l'éternel (et surtout à Mesquer), il est l'homme de la situation. Donc si vous n'avez pas un "dominique" (ou autre prénom...je ne suis pas sectaire) avec vous, et bien... Bon courage.

mesquer_2004_a__61_

Par contre, c'est une vrai partie de rigolade. Alors un petit truc: Si vous attrapez la raie électrique par la queue, il n'y a pas de danger (normalement). Le point névralgique à éviter se situe au premier tiers du poisson coté tête, au milieu (entre les yeux). Vous voyez, c'est tout simple.

mesquer_2004_a__58_mesquer_2004_a__56_mesquer_2004_a__60_mesquer_2004_a__55_

Mais vous allez penser qu'il ne sert à rien de se poser toutes ces questions, puisque cette raie est électrique. Détrompez vous, c'est un poisson qui se mange, et au demeurant, même si cela ne vaut pas un bar ou une sole, le goût

Avant de poursuivre la démonstration, un petit peu d'histoire sur ce poisson:

Sans savoir pourquoi, on se servit jusqu’au 17e siècle de la torpille ou raie électrique pour supprimer de nombreux maux.
En effet, la torpille est l’ancêtre des traitements médicaux par l’électricité. Parmi les nombreuses espèces de raies, il existe 35 espèces de raies électriques. Morphologiquement semblables aux autres raies, elles ont la capacité de produire une décharge électrique de 50 à 200 volts et jusqu’à 50 ampères.

Les torpilles (Torpédiniformes) ont la capacité d’infliger de douloureuses décharges électriques. Il existe environ 35 espèces de raies qui ont cette capacité.
La torpille possède deux organes électriques situés à l’avant du corps. Elle peut foudroyer sa proie d’une décharge de 80 volts (jusqu'à 200 volts).

mesquer_2004_a__57_

Torpedo marmorata. Licence

La puissance de la décharge d’un adulte est capable d’actionner une sonnette ou d’allumer une lampe. Il est donc très déconseillé de les toucher.
Quand une torpille utilise cette arme, elle doit attendre plusieurs jours pour reconstituer ses réserves. Les nombreuses espèces de torpilles évoluent dans toutes les mers tempérées du globe.

(Info emprunté au site TERRA NOVA http://dinosoria.com/raie_electrique.htm)

Il était important que vous ayez connaissance des caractéristiques de ce monstre pour prendre conscience des risques qu'à pris mon ami Pierre lors de son cours de préparation d'une raie électrique.

Tout d'abord, prendre un ciré jaune (il ressemble aux tenues des ouvriers d'E.D.F sur le bord des routes) Il ne s'agit pas que nous passions à coté d'un tel chantier.

IMG_1457

Remarquez également le planté de couteau.

Le manche en bois isole. Toutefois, il eut été préférable que notre ami (qui s'est prété courageusement à cette démonstration) mette des gants d'électricien.

MONTAGE

La partie encadrée en rouge est la partie où se trouve le système électrique de la raie. ATTENTION, même morte, la bête éclaire (la preuve ci dessus) C'est pourquoi nous avons branché notre ami à la terre.

Il faut donc découper la raie comme ci-dessous (un carré autour de la tête).

IMG_1458 

Pensez à protéger vos doigts. C'est en prenant garde à ne pas prendre un coup de jus que l'on oublie le couteau.

IMG_1459IMG_1460

IMG_1461IMG_1463

IMG_1464Copie_de_IMG_1464

Vous pouvez apercevoir la gueule de la raie et ses yeux.

(comme quoi, ce n'est pas parce que nous avons une gueule de raie que nous devons faire des yeux de harengs frits)

Et maintenant une recette parmi tant d'autres: 

La raie est un poisson particulièrement maigre, puisqu’elle ne contient que 89 calories pour 100 g. Les graisses sont présentes en très faible quantité, avec seulement 1 g de lipides pour 100 g. Ce poisson contient ainsi beaucoup d’eau : 78 g pour 100 g de raie.


Elle possède des quantités non négligeables de protéines : 22 g pour 100 g. Celles-ci sont essentielles car elles vous apportent non seulement de l’énergie, mais elles contiennent par ailleurs des acides aminés. Ceux-ci sont essentiels pour la croissance, en particulier chez les enfants, et la réparation des tissus de l’organisme. Les protéines contribuent par ailleurs à la défense de l’organisme, car celui-ci les transforme en anticorps.


La raie contient d’autre part des vitamines, notamment de la vitamine B1, qui transforme des glucides en énergie. La vitamine B2 transforme en énergie non seulement les glucides, mais également les lipides et les protéines. Une autre vitamine présente dans la raie est la vitamine PP (ou vitamine B3). Celle-ci intervient dans la dégradation du glucose et vous fournit elle aussi de l’énergie. Un apport en vitamine PP permet de diminuer les risques de maladies cardiovasculaires.


Ce poisson contient également des sel minéraux en quantité intéressante : potassium, phosphore et magnésium. La raie fournit par ailleurs à votre corps des oligo-éléments, notamment du fer. Ce dernier est indispensable à la fabrication de l’hémoglobine des globules rouges, qui assurent le transport de l’oxygène dans l’organisme.

  •  
  • Dégustation

Comptez environ 1 kilo de raie pour 4 personnes. Ce sont essentiellement les ailes de raies que l’on consomme. Mais le foie et les joues sont également recherchés pour leurs qualités gustatives. Ces morceaux sont malheureusement rares.


Pendant les dix heures qui suivent sa mort, la peau de la raie se couvre naturellement d’un enduit visqueux, qui témoigne de la fraîcheur du poisson. En effet, lorsqu’on essuie la peau de la raie avec un torchon, cet enduit réapparaît si la raie est fraîche.


Elle dégage par ailleurs une forte odeur d’ammoniac, qui provient d’une glande située dans son cartilage. Cette odeur s’accroît avec le temps et indique ainsi le niveau de fraîcheur de la raie. Il est donc nécessaire de l’envelopper dans un film alimentaire. Avant de cuisiner la raie, vous pouvez faire disparaître cette odeur en la rinçant avec de l’eau, puis en la laissant tremper pendant une demie heure dans de l’eau vinaigrée ou citronnée.


Pour enlever la peau de la raie sans trop de difficultés, vous pouvez la pocher 2 minutes dans l’eau frémissante. Posez-la ensuite à plat et grattez la peau de chaque côté avec un couteau. Prenez garde néanmoins à ne pas vous faire mal avec les épines qui se trouvent parfois sur les ailes. La chair, lorsque la peau est retirée, doit être légèrement rosée, ferme et élastique.


Il faut faire cuire la raie suffisamment longtemps pour qu’elle ne soit pas visqueuse et la servir rapidement, sinon elle devient gélatineuse. La raie est souvent pochée, pendant environ 15 minutes, puis napée de beurre noisette. Vous pouvez également la cuire au four pendant 15 à 25 minutes, ou encore la poêler avec du beurre noir, en la faisant cuire 5 minutes de chaque côté. Ce dernier mode de préparation était autrefois très courant pour la raie, mais les restaurants ne sont plus autorisés à la préparer de cette façon, car le beurre noir est aujourd’hui considéré comme nocif pour la santé.


Une autre préparation classique de la raie est avec des câpres et du beurre noisette. Les morceaux de raie peuvent également être sautés, ou encore être accommodés tièdes en salade. Pour conserver les vertus de ce poisson particulièrement maigre, vous pouvez ne pas utiliser de matière grasse pour sa cuisson. Essuyez simplement la raie avec du papier absorbant avant de la faire cuire, ce qui évitera qu’elle adhère au plat.

  •  
  • Et aussi...

La raie est un poisson cartilagineux, sans arête. Elle vit dans les fonds peu profonds et sablonneux de presque toutes les mers du globe, où elle peut ainsi se cacher des filets des pêcheurs. Ce poisson fait partie de la famille des rajidés et il existe une trentaine d’espèces de raie, qui possèdent chacune leurs propres caractéristiques. Certaines ont la particularité de pouvoir transmettre des décharges électriques ! Toutes les espèces ne sont pas comestibles. La raie bouclée est l’espèce qui est reconnue comme ayant la chair la plus fine.


Ce poisson mesure entre 70 cm et 2 m, selon l’espèce. Il a une forme facilement reconnaissable, avec un corps très aplati et des nageoires très développées qui forment des sortes d’ailes. Ces ailes se terminent par une queue longue et mince. La raie possède par ailleurs une large bouche renfermant des dents pointues et tranchantes. Le dos de la raie est gris ou brun, et parfois tacheté. La raie possède sur sa peau des sortes de boucles piquantes qui sont redoutées des pêcheurs.

Un grand merci à Pierre en attendant sa participation pour d'autres expériences.

Je vous proposerai dans le prochain article comment prendre du poisson uniquement en vidant l'eau de votre Zodiak. Cela me permettra de saluer chaleureusement Philou et Marc.

Ce sera tout pour aujourd'hui.

Posté par guillemette76 à 12:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur J'en tremble d'avance

    j'suis pas mort

    Il faut rajouter qques précisions à la découpe.

    La première et la plus importante : le démonstrateur pour cette découpe était grandement conseillé par le maitre incontesté en découpage, M. Jacques en personne. Et que sans, lui on se demanderait encore par quel bout prendre la bêbette. Mais Jacques n'est pas fou, il n'avait pas envi de se salir les mains (ainsi que le beau ciré jaune, le pantalon, les chaussures...). C'est donc moi qui m'y suis collé.

    La deuxième : effectivement sans Dominique, pas de salut. Car même avec quatre paires de gants, un fil de terre de 5 cm de diamètre, les urgences de St Nazaire au tel pour intervenir.... nous serions encore sur le sable, avec le filet... Qui n'a pas rejeté son filet à l'eau avec encore une raie prise en espérant la retrouver morte le lendemain ?

    La troisième : le jeu n'en vaut pas la chandelle. La chaire n'est pas top, et une bonne sole est bien plus vite démaillée. Alors si vous trouvez un touriste belge (ou normand) pour vous échanger 2kg de raie contre 2kg de sole... n'hésitez pas !

    La quatrième : vous n'êtes pas obligé d'éplucher le poisson sur le cul d'une poubelle devant un public hilare et qui plus est sirote l'apéro. Alors que vous, pauvre naïf, vous avez décidé de jouer le mousse qui apprend son travail ! D'ailleurs depuis j'emmène sur mon bateau moins expérimenté que moi pour faire le sale boulot : p'tit clin d'oeil pour Thomas.

    Dans le même genre, peux-tu faire un petit cours sur "comment préserver l'espèce aquatique en balançant par dessus bord le poisson durement pêché". Marc doit avoir des pistes. Ou pour Philou "souvenir des pêches gargantuesques à la morgate". Y a matière !!

    Posté par Le demonstrateur, 08 janvier 2008 à 19:11 | | Répondre
Nouveau commentaire